Departamento de
Traducción e Interpretación

BITRA. BIBLIOGRAFÍA DE INTERPRETACIÓN Y TRADUCCIÓN

 
Volver
 
Tema:   Interpretación. Teoría.
Autor:   Sueur, Jean-Jacques (ed.)
Año:   2007
Título:   Interpréter et traduire [Interpreting and translating]
Lugar:   Bruxelles
Editorial/Revista:   Bruylant
Páginas:   368
Idioma:   Francés.
Tipo:   Libro.
ISBN/ISSN/DOI:   ISBN: 9782802724001.
Disponibilidad:   Alicante BG
Resumen:   De nombreux travaux doctrinaux entrepris outre-atlantique, sous l'influence d'une jurisprudence abondante et ancienne émanant de la Cour suprême des États-Unis, ont abouti à mettre en évidence les liens qui existent entre l'acte d'interprétation et la traduction d'un texte qu'il soit juridique ou littéraire.
Mais aussi toutes les équivoques qui pèsent sur ces opérations mentales de "découverte" du sens: interpréter un énoncé juridique ou autre chose (nous ne cessons d'interpréter...), c'est toujours un peu traduire, c'est-à-dire le transporter - cet énoncé - d'un univers de significations dans un autre, le nôtre ou celui des nôtres (communauté de sens). Et cette opération mentale-là ne peut se faire sans déformations, altérations de toutes sortes.
Le prétendu "retour au texte", variante du mythe du paradis perdu, est évidemment impossible et interpréter - quelle que soit la chose interprétée -, c'est bien souvent refaire le monde. On le mesure aisément à la place qu'occupe et qu'a toujours occupée la Cour suprême dans la vie et le débat politiques américains. Inversement, traduire, c'est aussi, presque toujours, interpréter, c'est-à-dire donner au texte traduit un sens valable, donc audible pour ceux à qui cette traduction est destinée, car rares sont les mots qui trouvent leur exact équivalent dans une langue étrangère.
Cela vaut pour toutes les traductions et tous les traducteurs, y compris les traducteurs de textes juridiques. Mais, on le sait bien aussi, le droit n'est pas tout à fait un langage comme les autres (et tout n'est pas langage dans le droit...); ce langage a sa "grammaire", son "alphabet", autrement dit ses mots à lui, qui ne se retrouvent dans aucune autre langue mais qui empruntent un peu à toutes, au point qu'il est question parfois à son sujet d'universalité.
Comme les traductions sont de plus en plus nombreuses et que l'interprétation, d'où qu'elle vienne, fait de plus en plus question chez les juristes, il est apparu intéressant de confronter ces expériences et les controverses qu'elles suscitent. Confirment-elles ou infirment-elles le rôle de l'interprète et la nécessaire intervention de celui-ci pour "animer le texte" comme l'écrit F. Michaut, autrement dit pour le continuer? C'est à quelques-unes de ces questions qu'on a voulu apporter un commencement de réponse dans le cadre du colloque organisé en novembre 2005 parle Centre d'études et de recherches sur les contentieux (C.E.R.C.). [Source: Publisher]
Impacto:   1i- Wiesmann, Eva. 2011. 4692cit
Agradecimientos:   Record supplied by Roxana Antochi (September, 2011).
 
 
2001-2021 Universidad de Alicante DOI: 10.14198/bitra
Comentarios o sugerencias
La versión española de esta página es obra de Javier Franco
Nueva búsqueda
European Society for Translation Studies Ministerio de Educación Ivitra : Institut Virtual Internacional de Traducció asociación ibérica de estudios de traducción e interpretación